Skip to Content

Kiléna

Concert du duo Camara Mangué Coka et Yves Bodson

Suite à une résidence de quelques jours au Centre culturel de Liège, Camara Mangué Coka et Yves Bodson présentent leur tout nouveau projet et l’album qui l’accompagne : Kilena.

Kilena est l’Arbre cosmique sacré chez les dogons au Mali. Selon leur cosmogonie, le monde fut créé une première fois à partir d’un œuf nommé NOMMO, mais ce fut un échec. La raison en était que le créateur n’avait pas pris en compte la dualité mâle-femelle. Alors, après un sacrifice animal il créa le monde à partir de deux arbres représentants des identités mâles et femelles. La particularité de ces arbres est qu’il n’y en a pas un qui est femelle et l’autre mâle, mais que chacun porte en lui les deux germes, un peu comme le yin et le yang. Il y a équilibre, au-delà de tout rapport de force ou de domination : ils sont à la fois jumeaux et dissemblables.

Quelle image pourrait mieux  représenter la musique issue de la rencontre de ces deux musiciens, de ces deux parcours de vie en lien avec l’Afrique : Camara Mangué Coka,  joueur de bolon/chanteur venu de Guinée Conakry, et Yves Bodson, saxophoniste belge né au Congo, amoureux de ce continent ?

Leur musique naît du plaisir de jouer ensemble : ils ouvrent un espace où ils se laissent « inspirer », laissant doucement s’entremêler un fond de rythmes et de mélodies africaines avec un saxophone qui quelquefois se fait riff, balafon, percussion, ou voix.

Le choix de la formule « duo » sans instrument harmonique vient de l’immense espace de liberté qu’il offre, en dépit des contraintes évidentes d’occupation de l’espace et des registres sonores : il les invite à chercher sans cesse des couleurs et des manières de se soutenir mutuellement. On pourrait, avec le mental, faire référence à différents styles musicaux, mais le parfum d’une fleur s’apprécie-t-il par sa description botanique et son diagramme floral ?

Puisse leur souffle vous emporter et vous inspirer…

Découvrez l’univers musical du mystérieux du concert spectacle « Kiléna » ici

Et un teaser ici :

Camara Mangué Coka  est né artiste au sens de l’auteur précité. C’est à dire que la musique fait partie de lui. À ce titre, elle est pour lui expression de sa propre vie. C’est son environnement socio-culturel et familial qui fait de Coka un musicien. Au départ, ce dernier reçoit tout d’abord éducation et une instruction artistique. En effet, il est initié par son papa appelé Vieux Coka qui était lui-même créateur, chorégraphe et metteur en scène pour les troupes de ballet pendant la révolution culturelle en Guinée Conakry. Il apprend la décoration, la peinture et la fabrication d’instrument de musique à ses enfants. C’est dans ce domaine que Coka se perfectionne en grandissant. 

Il fabrique des pièces uniques pour des groupes de musique traditionnelle comme les étoiles de boulbinet. Il fournit des instruments pour l’orchestre du ballet Djoliba et pour des troupes théâtrales comme Alkabon Théâtre. C’est à la suite d’une rencontre avec le metteur en scène de cette troupe, Ansoumane Diessira Condé que Coka est invité à jouer de la musique. Ansoumane avait été séduit par le son du bolon de ce dernier et lui avait confié un rôle dans sa pièce qui a été sélectionnée pour représenter la Guinée au Cameroun lors du festival RETIC (rencontres théâtrales internationales du Cameroun) en 2002, à Abidjan au MASA Festival la même année et aussi à Bruxelles au festival AFRICALIA en 2003.

Depuis cette date Coka est donc installé en Belgique et partage sa musique avec le public en commençant par la rue. En particulier celle de Liège et de Bruxelles “le regard des gens m’inspire ». C’est aussi un lieu de répétitions…dans la rue on rencontre plein de monde…” Il a animé des ateliers d’éveil musical aux jeunesses musicales, mais surtout aussi sur la scène. C’est ainsi qu’il a donné de nombreux concerts (en solo ou en groupes) dans différentes salles, sur plusieurs scènes du royaume. C’est ainsi qu’il a déjà été invité plusieurs fois au festival TempoColor à Liège.

 

Yves Bodson

«  Cette rencontre a réveillé  mon plaisir de jouer du saxophone et  mon besoin de créativité  qui sommeillaient depuis longtemps.

Je savoure, à travers ce projet, le plaisir d’exprimer qui je suis, en combinant plusieurs de mes passions : la musique, l’Afrique, les relations humaines et  la spiritualité. J’ai beaucoup voyagé en Afrique, continent qui  m’inspire et me touche profondément.  J’ai souvent joué avec des africains, le plus souvent des musiciens congolais, pour lesquels j’ai  encore régulièrement enregistré ces dernières années. J’enseigne depuis longtemps le saxophone à l’Académie OVA, et ai eu une formation principalement classique (Conservatoire Royal de Liège), complétée de divers séminaires de Jazz  (qui n’était pas officiellement  enseigné à l’époque en Belgique). J’ai  joué dans pas mal de formations, telles que : Jazz de Liège, Joe Carlier, Big Band Evasion, Sandra Kim, Eko Kuango ( avec les musiciens de Goma percussions), Yves Bodson Quartet (avec André Charlier, Benoît Vanderstraeten, Benoît Sourisse), Bana Liège, un album « Tatouages » en coproduction avec Touré Kounda, Jacques Pirotton Quartet, Froidebise et Courants d’Air, l’Orchestre Philharmonique de Liège, l’Opéra Royal de Wallonie… (liste non exhaustive).

 

Avec le soutien de Liège Province culture et de Ça Balance, dans le cadre du TempoColor.
Réserver
Back to top